Les chiens ont eu leur bénédiction

Posted on Posted in Courrier des bêtes, Culture

Le patron des animaux a fait son retour

Après une année marquée par l'absence de l'habituelle bénédiction des animaux, en raison du COVID, la célébration de Saint François d'assise, patron des animaux, a fait son retour au sein du forum SVPA. Nous souhaitons remercier l'abbé Jelen et le public - beaucoup de fidèles - qui nous accompagnés.

Disparition imminente du rhinocéros blanc

Tout dernièrement je lisais l'annonce de la disparition imminente du rhinocéros blanc du Nord de l'Afrique. Depuis 2018 et le décès du dernier mâle, il ne reste plus sur terre que deux femelles, vivant actuellement dans une réserve kényane. Au milieu du XIX ème siècle, leur population dépassait le million d'individus en Afrique ! Ce n'est pas sûr qu'on arrive à sauver.
Cette espèce, braconnée à outrance pour ces prétendues vertus médicinales de sa corne. Voilà un exemple parmi d'autres ...

Les chiens ont eu leur bénédiction

Une des questions que nous pouvons nous poser est : voulons-nous que d'année en année nous assistions au même refrain, au même chant du cygne ... Souhaitons-nous que d'année en année, nous assistions comme impuissants à la disparition des espèces aussi bien animales, que végétales ... Dans une Église, dans un lieu de culte, pouvons-nous affirmer en toute sérénité, que c'est le plan de Dieu voulu pour ce monde ? Respectons-nous le projet de Dieu initial, dit de la Genèse, quand notre société moderne contribue depuis plusieurs décennies à des destructions en masse des espèces ?

Depuis 1900, les disparitions d'espèces ont été multipliées par cent

Dernière preuve, s'il en fallait à cette prise de conscience nécessaire, qui en appelle au changement de l'Homme et de son comportement afin qu'il arrête d'être un prédateur pour les autres êtres vivants, celle du dernier rapport du GIEC: depuis 1900, les disparitions d'espèces ont été multipliées par cent ; la biomasse de mammifères sauvages a diminué de 82 %, les écosystèmes naturels ont perdu environ la moitié de leur superficie et un/million d'espèces sont menacées d'extinction, tout cela en grande partie à la suite d'actions humaines. Il y a donc urgence à changer, à transformer notre regard, à prendre en compte cette oxygénation de la planète ... à prendre en compte ce que nous-mêmes, à notre propre échelle, nous pouvons faire.

Réduire notre impact sur l'environnement, manger de manière plus saine, favoriser le bio... et en effet vivre plus en harmonie avec ces êtres vivants qui nous entourent qui contribuent aussi à notre propre équilibre...

Voir la terre comme un « Tout Vivant »

Enfin rappelons que la terre doit être vue comme un « Tout Vivant ». L'appartenance à un même mon.de, à une communauté d'existence qui relie les espèces, les habitats, les individus, les populations humaines et non humaines et leurs cultures. Nous ne pouvons-nous attendre à un avenir évolutif ni pour l'homme ni pour la planète en dehors de l'association pacifique des humains entre eux.

Le récit biblique de l'âne de Baalam nous le rappelle bien. L'animal est une aide indispensable pour l'Homme. Sans la complicité de l'animal l'Homme peut se trouver en danger. Le combat pour changer le regard que portent les humains sur les animaux est la clef de voûte de la paix planétaire.

Source papier : Courrier des bêtes No 504, Décembre 2021.

Ma page Facebook : École d'éducation canine Messerknecht.